J-100 avant l’Ironman de Nice !

Le countdown est lancé ! 

L’occasion pour moi de me replonger dans de beaux souvenirs niçois et de visualiser un peu plus mon projet sportif.

Retour en images sur mon expérience en tant que supportrice à l’Ironman de Nice 2017 avant d’échanger mon rôle avec celui de Mathieu (finisher en 13h56).


NICE – JUILLET 2017

Cette aventure on l’a vécue à deux, du début à la fin. Même réveil à 4h30, même pression. Après le départ de la natation, je le laisse partir sur le parcours vélo Ironman et je fais de même de mon côté en rejoignant Camille (@mangeteslegumes). 100kms de Nice jusqu’en Italie, pour être en même temps sur mon vélo et penser à lui.

Après cette super virée entre nanas, avec Camille nous revenons près de la course car nous avons nos deux chers et tendres à encourager sur la partie course à pied.

Ma partie préférée pour encourager, rebooster les coureurs. Je suis déchaînée, j’adore ça. Les athlètes ont leur prénom sur leur dossard, on ne peut pas les louper ! Jean, Michel, Alexandre, Rémi, Julie, Bénédicte, peu importe si on les connait ou non, on y va !

Cette partie est la plus dure mentalement, je le sais. Tu es à plus de la moitié de l’Ironman, et il te reste 4 boucles de 10kms du centre ville à l’aéroport. 4 boucles ! Des répétitions que je me fais en entraînement depuis novembre pour m’y habituer.

Des personnes marchent, d’autres ont des hallucinations et nous posent des questions bizarres. Le mieux à faire ? Les rassurer et les booster pour qu’ils repartent. Il serait dommage de s’arrêter si proche de la ligne d’arrivée !

A ce moment-là quand tu aperçois un proche, tu es tout émoustillée, les larmes aux yeux, tu es si fière ! (Et là je repense à la vidéo de Ironwife et je me marre bien)

A ce moment précis, tu cherches tous les arguments possibles pour le pousser jusqu’au bout ! C’est la partie la plus intéressante de la course. Tu reparles du passé, de toute la préparation qui a été mise en place, les sacrifices, du moment présent « profite c’est bientôt fini » – à ne surtout pas prononcer avant 40/42km 😂, du futur, de la medaille, l’objectif réussi, de vos projets ensemble (à croire que la médaille va déterminer ta vie 🤣).

Avec tout ça on a l’impression qu’on aurait 10minutes pour lui parler mais au final c’est à coup de 20/30 sec sur chaque aller-retour sur la Promenade des Anglais. Il faut choisir ses mots, parler fort !

L’Ironman c’est aussi de l’attente pour les supporters et l’approximation des transitions et arrivées. L’application Ironman de tracking n’étant pas tout le temps fiable, il faut ressortir ses cours de primaires et calculer la D(urée) en fonction de la V(itesse) et de la D(istance) P(arcourue).

Et puis quand tu ne sais plus où tu habites car il est déjà 22h et le réveil est quand même assez loin, tu pars aux arrivées pour être sûre de ne pas le louper.

Là c’est la partie émotion ++, que du bonheur, de l’amour, de la bienveillance ! Tous les pays sont représentés mais aussi tous les gabarits, tous les âges, sexes. Ça donne envie putain, ça donne envie ! Et oui, c’est bien ce moment-là qui m’a décidé à sauter le pas et m’inscrire à mon tour.  Enfin j’ai quand même attendu quelques mois 🙂 .


Tictac …

Aujourd’hui on est précisément à J-96. Et pas un seul jour ne passe sans que je pense à cet objectif sportif, à cette course, ce moment qui sera le mien, celui de Mathieu, de ma sœur et son mari, aussi sur la course. 

Les semaines s’enchaînement et ne se ressemblent pas. Février était un mois de réajustements au niveau des entraînements, de ma vie personnelle et professionnelle. Comme je vous l’avais évoqué, j’ai choisi de mettre fin au travail fait avec le préparateur physique, après 3 mois de foncier. Un foncier qui m’a bien servi et désormais je suis en préparation spécifique triathlon solo. Je gère mes entraînements et mes plannings, ce qui n’est pas toujours évident mais me permet de travailler mon mental assez souvent. Ayant commencé un nouveau travail mi-février, il y a aussi eu un changement de rythme radical dans ma vie mais assez tôt dans la préparation pour que je puisse m’y habituer et trouver un équilibre. Cet équilibre, c’est simple, c’est une organisation quotidienne et une gestion du temps aux petits oignons. Se lever aux aurores pour un 1er entraînement et se coucher tard pour le reste. 

Retour en images sur ces 2 derniers mois /

1 – On oublie pas de se couvrir 🙂 

2 – On dit hello au home trainer, notre meilleur ami pour l’hiver !

3 – On tente d’ouvrir les yeux malgré les réveils à 7h le weekend !

4 – On varie les entraînements et les terrains.

5 – On roule par tous les temps !

6 – On visualise la course et l’arrivée ♥

Borner, voici le maître-mot désormais ! Encore faut-il que la météo soit un peu plus clémente maintenant ?!

#Youcandoitcoco

4 réponses sur “J-100 avant l’Ironman de Nice !”

  1. J’adore cet article et les émotions que tu transmets de l’expérience IronMan ! Tu me donnerais presque envie d’en faire un 😅
    Je serais là pour encourager et j’espere t’y voir ❤️
    Bon courage pour ta prepa championne !

    1. Merci ma Camille 😃😍 c’est une expérience de dingue en étant supportrice d’un proche donc j’imagine déjà juin 2018 ☺️🙏🏼
      À très vite pour faire des entraînements ensemble ! Bisous 😘

    1. Hello Fabrice 🙂 Je m’y prépare, je nage 2 fois par semaine. J’attendais d’avoir une autorisation de l’agglomération pour filmer et prendre des photos dans les piscines où je nage. Stay tuned 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *